Bah les amis, contrairement à ce qu’on peut croire en voyant cette photo, ce n’était pas gagné au départ… Pas encore copine copine avec la poche à douille la fille…

Donc, la poche à douille. Dans le livre il est noté ce qui suit:

Pour la garnir, commencer par glisser la douille au fond de la poche puis boucher la douille en y rentrant un peu de la poche.

Ok. Jusque là, ça va.

Tenir la poche dans la main gauche et retrousser le haut de la poche sur sa main.

Mouaif.

Garnir la poche de pâte avec sa main libre.

Alors là, tu m’expliques comment tu garnis d’une seule main, alors que ta pâte est toute collante!

Fermer la poche en la tenant à l’envers et “visser” jusqu’à ce que la pâte commence à sortir par la douille. Presser pour faire sortir la pâte tout en vissant régulièrement.

Sauf que moi, quand je visse, c’est la douille qui tourne et pas la poche. Bon.

Et inutile de dire qu’entre le garnissage de la poche et l’utilisation de celle-ci, tu perds la moitié de ta pâte…

Donc chez moi ça donne ça:

Pas facile de les faire jolis, tout ronds… Et vous verrez que c’est plutôt grave de louper leur forme et épaisseur, car après cuisson, ça donne ça:

Heu. Jamais vu cette forme chez Ladurée…

Donc sur les 30, j’ai réussi à en trouver un pas trop moche à qui je dois encore trouver un copain pour faire le sandwich avec la ganache au milieu.

Au goût? les disques sont un peu trop croquants. Trop cuits? Sinon, la ganache est excellente (c’est déjà ça!).
Faut “juste” que j’améliore le ratio: un macaron valide sur 15, c’est pas le top.

Bonne soirée!