Pour nous, Suisses, la fondue est une institution. Une bonne fondue, c’est l’assurance d’une bonne soirée. Eté comme hiver. Si si: quoi de mieux, lors d’une soirée d’été un peu fraîche, de déguster une fondue en plein air? Et on s’évite ainsi les odeurs de vieux pieds (la fondue est glamour jusqu’à une certaine limite, c’est comme ça).

On en mange de très bonnes sur la place lausannoise, mais je dois dire que j’apprécie tout particulièrement celle du Chalet des Enfants, au Chalet-à-Gobet. (Très chouette endroit comme il en faudrait plus (et moins de trucs tape-à-l’oeil pas bons (ok j’arrête), dont je vous reparlerai très probablement).

Mais bon, nous qui sommes sans voiture, on ne s’y rend (malheureusement) que rarement. Chouette! ils proposent une gamme de produits que l’on trouve en ville! Et on retrouve leur fameuse fondue moitié-moitié*. Assez forte en goût, et les portions sont vraiment très correctes (440 g pour 2, c’est assez costaud..)

13.- pour 2 portions, fécule déjà incluse, il ne reste qu’à ajouter 2dl de vin blanc.

Les petits accompagnements de rigueur:

Cornichons bien croquants, petits oignons, mélange de légumes dans l’huile et le vinaigre fait maison (pas par moi hein)

Véritable viande séchée du Valais (moins rouge fluo en vrai)

Et ça donne ça, une très bonne soirée!

Le tout accompagné d’un coup de blanc, pas trop sec à mon goût. (Ici, un Chasselas tout simple)

Notez le service à fondue ultra old school dans des tons qui n’existent plus aujourd’hui (heureusement!).

Et le petit ange qui veille sur nous, censé garder la bouteille au frais…

* moitié-moitié car réalisée avec une moitié de Gruyère et une moitié de Vacherin. C’est la fondue la plus répandue dans la région, mais l’on peut également déguster une fondue tout Vacherin, plus crémeuse, plus douce, qui se mange presque tiède.